lundi 27 juin 2011

Les dunes de White sand (jour 11)


Alors là, mes amis,
pour une expérience, c'en est une de taille. Moi qui étais privé de désert depuis ma naissance, je me retrouve comblé depuis quelques jours.

Et aujourd'hui, le plat était servi très chaud, saisi juste à la sortie du four. Situées dans le Nouveau Mexique, les dunes de White sand se trouvent à quelques kilomètres du centre militaire d'Alamogordo, où ont eu lieu les premiers essais atomiques en janvier 1945.



Leur blancheur extrême vient du gypse qui les compose. Sous un soleil implacable et les yeux bouillis par la réverbérescence, nous avons marché près de trois-quarts d'heure dans les dunes, buvant et nous mouillant régulièrement. Et pourtant, en arrivant à la voiture, j'étais dans un étrange état (qui m'a fait vider la première bouteille de Coca à portée de main).

Les conditions de vie extrêmes de ce désert ont conduit les espèces de lézards locales à s'adapter en devenant blancs. A midi, rares sont les animaux qui galopent en ces contrées. Restent la flore et les traces.





Des paysages à couper le souffle (déjà bien entamé par la chaleur), la route parfois recouverte de sable blanc, comme une terre à conquérir... D'ailleurs, le peu de touristes présents sur les balades se saluaient au ralenti et semblaient mus par une secrète passion partagée...


Isolées ç une soixantaine de km de toute ville, ces dunes me font penser à un autre territoire fascinant visité l'été dernier, dans l'Idaho : les champs de lave de Craters of the moon.



Pour revenir vers la civilisation, les quatre heures de route nécessaires à la traversée du Nouveau Mexique ont paru bien longues.


Cependant, nous avons découvert le phénomène des mini-tornades se formant à l'improviste dans les champs et venant mourir sur la route en projetant une certaine force sur les voitures...


Vous avez aussi les tempêtes de poussière...


Autre joyeuseté sur une aire d'autoroute...


Grâce à ce genre de panneau ("attention aux crotales"), le goûter se déroule tout de suite sur un ton léger et décalé sous l'égide du petit garçon ("papa, le serpent, il peut monter sur la table ?", "papa, le serpent, il peut aller aux toilettes ?" et autres variantes).

Bon, de serpent nous ne vîmes point.

Heureusement, l'arrivée en Arizona est annonciatrice de jolies rencontres. Pas plus tard que ce soir, une jeune mygale cherchait l'entrée de l'hôtel sur la fenêtre de l'accueil.


Et le top 3 des villes du jour.
- Thatcher, Arizona.
- Cochise, Arizona.
- Bayard, Nouveau Mexique.

(Maintenant, à vous de narrer en tremblant la peur animalière de votre vie).

5 commentaires:

nathinphoenix a dit…

Welcome in my world !

lapuce a dit…

pffffffff...
vous approchez dangereusement d'une zone que j'affectionne tout particulièrement, malgré toutes ces bébêtes!
Une mygale, ou une tarantule?
Moi, j'ai peur des scorpions
Et des mygales.

Merci pour tous ces billets délicieux ;)

ariana lamento a dit…

peur animalière: ce connard de cafard de 5 cm qui m'a saute dessus alors que je lisais tranquillement sur mon lit. Résultat, bataille farouche, insultes échangées (enfin de moi), et finalement Dr. Lamento qui tue la bête en disant j'comprends pas, je croyais que les cafards n'attaquaient pas les humains...

nathinphoenix a dit…

Ariana : il n'a pas vu creep show ?

Yibus a dit…

> Nath : et il est pas mal du tout... J'avoue que le Texas a ma préférence pour l'instant mais la cote de l'Arizona monte... Attendons encore un peu !!!!

> Lapuce : les gars effrayés m'ont dit "tarentula", j'en ai déduit mygale...

> Ariana : je vais dire un truc super chic. En fait, la rencontre (hot) avec Dr Lamento a supprimé ton cafard et l'a remplacé par ton incomparable joie de vivre, c'est ça ???