lundi 4 avril 2011

Le massacre du printemps


De fin mars à mi-avril
se déroule le National cherry blossom festival, à DC, dont un des sommets a eu lieu ce week-end, avec le pic de l'éclosion des minuscules fleurs blanches des cerisiers.

La fête a traditionnellement lieu autour du Tidal Basin avec envol de cerfs-volants plus fous les uns que les autres et balade en famille autour de ce lac artificiel entouré de cerisiers offerts par le Japon en 1912.

Pour éviter la foule qui piétine sur quelques centaines de mètres carrés, nous nous sommes repliés, à moins de 3 kilomètres de chez nous, sur l'autre endroit de la ville où l'on peut voir de magnifiques allées de cerisiers.


Malheureusement, hier était un dimanche, qui plus est un jour du seigneur à la température fort douce. Bref, la passeggiata dominicale en excellente compagnie d'amis s'est transformée en défilé le long des cerisiers au milieu des voitures roulant au pas car il était interdit de se garer le long des trottoirs.




Le moindre square d'herbe molle était aussitôt transformé en terrain de jeux, à quelques pas des enfants du quartier profitant de la marée humaine pour leur vendre limonades et cookies.


Au milieu de cette furia, digne de Nîmes, deux éclairs de bonté.

Sur une pelouse, ces deux fauteuils attendaient les promeneurs.


L'affichette dit : "n'hésitez pas à vous asseoir pour profiter du paysage".

Et puis, les gens n'ont pas arrêté de nous sourire d'un air bonhomme voire attendri. C'est au bout de quelques minutes, en regardant l'amie, que j'ai compris pourquoi.



Et la liste des "étourderies"
- Enfiler deux chaussettes de couleur différente.
- Oublier les clés dans la voiture fermée.

(Maintenant, à vous de jouer)

9 commentaires:

Flo a dit…

Oublier de fermer a cle la porte des toilettes dans l'avion -- naturellement, le passager qui a ouvert la porte n'etait autre... que mon voisin de voyage. Je precise quand meme que j'etais enceinte (d'ou le niveau eleve d'etourderie, bien sur...)

nathinphoenix a dit…

Ben il a l'air de faire froid... En France les cerisiers sont toujours en fleur pour mon anniversaire ! aux states c'est trop tot... Bisous.

ariana lamento a dit…

les panneaux jaunes ne vont pas DU TOUT avec les cerisiers en fleurs.
Tiens, je prendrais bien des photos de mon printemps, moi.

ariana lamento a dit…

ah, oui, et j'a-dore le titre de ton billet.

Llyn a dit…

Je ne savais pas que le bitume fleurissait en même temps que les cerisiers :p

Jolie étourderie!

Enfiler des chaussettes de couleurs différentes est devenu une sorte de jeu maintenant ^^ Par contre, essayer d'ouvrir la porte de mon chez-moi avec les clés de boîtes aux lettres du boulot, ou la porte de l'immeuble avec la clé de MA porte, ça...

helen. a dit…

joli titre indeed!
Deux chaussettes differentes ? M'enfous ya qu'mes godasses qui sont au courant !
Ma hantise d'étourderie: rester coincée dehors clef dedans tandis que monsieur est parti hui jours "par chez vous" , et surtout, intervertir mes sacs de classe!!!

helen. a dit…

nathinphenix: marrant c'est aussi le maitre mot ici "je suis né avec les cerisiers en fleur" si c'est pas buccolique tout ça , manque plus que les cerises du dejuener de Manet à Orsay !

Yibus a dit…

@ Flo : voilà qui commence à devenir bigrement gênant (et intéressant). (Slurp).

@ Nath : euh non, il faisait plutôt bon, c'est sans doute la qualité des photos prises avec l'Iphone qui est en caus (m'nfin, je dis ça, je l'avais emprunté aux amis, alors, hein...).

@ Ariana : oh oui, prends des photos de ton printemps, je suis curieux.
C'est dingue le manque de goût des forces de répression.

@ Llyn : et dieu sait si ton trousseau de clés du boulot doit être impressionnant (pire encore que celui de Barbe-bleue).


@ Helen : pas mal le coup d'être enfermée dehors ! (j'adore l'expression, la réalité, moins).

lapuce a dit…

Bah, j'aurais volontiers "massacré" avec vous ce weekend!
Dis donc, les Américains y z'ont été mauvais sur ce coup-là : remercier le don de si beaux arbres par deux champignons géants ...
Etourderies :
- mettre une bière au congélo, l'oublier, ramasser les restes de l'explosion
- chercher ses lunettes pendant des heures et les retrouver dans le frigo, au rayon yaourts, là où on les avait posées pour choisir ... une bière (elle est pas de moi celle-là, mais c'est génétique)