mercredi 30 mars 2011

Quand est-ce qu'on la perd, la chaise ?


Mes amis, l'heure est grave. Levez-vous !

Il faut bouter la chaise hors de vos bureaux. Ne faites plus confiance à votre bon vieux fauteuil simili-cuir ou directorial. Il est votre perte.

Ensemble, entonnons les slogans libérateurs.
Retroussez vos gambettes !
Les accoudoirs au mouroir !
S'asseoir, c'est déchoir !

Ce n'est pas moi qui le proclame mais les plus éminents professeurs américains. Rester assis devant son bureau est dangereux. Une bonne poignée de spécialistes ont sorti à l'automne dernier moultes études indiquant que la station assise prolongée était potentiellement dangereuse pour la santé.

Taux de diabète en hausse, obésité, maladies cardiaques, j'en passe et des pires, sont au menu des sédentaires forcenés passant plus de 7 heures par jour devant leur bureau... Et souvent leur écran, prédisent ces Cassandre de l'homo fauteuillicus.

D'ailleurs, qu'ont en commun les vigoureux vétérans Donald Rumsfeld (le politique) et Philip Roth (l'écrivain) ? Ils travaillent debout, droits dans leurs pantoufles.

"Nous avons étés bâtis pour nous tenir debout, pour bouger, marcher", plaide un endocrinologue. Vrai fanatique de la cause, il travaille toute la journée en marchant à la vitesse de 1,6 km/h grâce au tapis roulant qu'il a installé devant son bureau.

Ce sont des fous, rétorquent d'autres spécialistes. "Rester debout augmente l'activité des muscles du torse, la pression sur les disques et les vertèbres. Il y a des risques de varices et de problèmes avec la carotide, qui est beaucoup plus sollicitée".

Il paraît que la meilleure solution serait d'être légèrement incliné avec le clavier d'ordinateur surélevé devant soi. J'ai essayé ce matin... Je ne me rappelle plus ce que j'ai ensuite fait pendant deux heures. Mais madame m'a dit que je ronflais beaucoup plus que la nuit.


Et la liste des " lieux confortables pour le fondement"
- Les toilettes, moment privilégié pour tout être humain qui se respecte et aime la lecture.
- Les deux fauteuils que nous venons d'acheter : année 1950, provenant d'un hôpital écossais.

(Maintenant, à vous de jouer)

7 commentaires:

nathinphoenix a dit…

J'aime pourtant a la folie mon Chippendale, massif, doux tout en etant enveloppant...
Tant pis je mourrai jeune... mais dans les bras d'un chippendale, ca a de la classe !
Bises et bonne ronflette !

lapuce a dit…

HA! Thanks for the good spontaneous laugh!

Homéo a dit…

mon fauteuil du bureau grince c'est très très agaçant mais je ne suis pas en position d'en négocier un autre , j'espère pourvoir garder celui de celle qui me cède sa place vendredi prochain !!

ariana lamento a dit…

ah, c'était ça, le bruit étrange...

Yibus a dit…

@ Nath : ça ressemble à quoi, au juste, un fauteuil Chippendale (tu peux mettre une photo sur ton blog ?)
En tout cas, j'avais mis le fauteuil Emmanuelle, que personne n'a remarqué... Sniff!

@ Lapuce : tant mieux, si je peux apporter un peu de bonheur au monde.

@ Homéo : ça y est, les basses manoeuvres professionnelles commencent.

@ Ariana : et aussi les grincements de dents des arrivistes stupéfaits de la grande qualité professionnelle de notre chère homéo.

nathinphoenix a dit…

http://www.theantiquesalmanac.com/chippendalefurniture.htm

Homéo a dit…

Moi si mais je me garde bien de faire une remarque ;)