lundi 11 octobre 2010

We will survive


Avouez-le, vous avez déjà pensé à la fin du monde, non ? Je ne parle pas d'un conflit nucléaire, sujet dépassé depuis des années, et qui devrait nous projeter dans un monde proche de celui décrit dans "La route" de Mc Carthy mais plutôt de phénomènes plus doux...

Comme le réveil d'un volcan... Ou bien une attaque informatique de grande ampleur... Sans parler d'une guerre spatiale qui couperait toutes les communications sur terre.

Que feriez-vous à ce moment-là ? Avez-vous prévu un plan A, voire un plan B ? Si oui, vous êtes un survivaliste et j'en suis fort heureux pour vous. Les Américains ont développé les premières communautés de ces personnes visant la plus grande autonomie possible et des sites web très populaires donnent des conseils pour parer à toute urgence.

Vous n'êtes pas prêts ? Alors Catherine Hooper est là.

Cette jeune new-yorkaise a créé la société "black umbrella" (parapluie noir) pour anticiper le jour d'après. Ses prestations sont variées.

Pour 750 dollars, la formule de base comprend une réunion de tous les membres de votre famille (nucléaire, j'oserais dire) avec un spécialiste pour mettre au point des processus de communications et un plan de réunification en cas de crise. Chacun repart avec une carte en aluminium sur laquelle est gravée 22 contacts et l'ordre dans lequel ils doivent être joints.

Vous trouvez ça léger ? Si vous déboursez 1450 dollars, elle scanne tous les documents critiques comme les passeports et les certificats de naissance, les stocke sur une clé USB cryptée. Elle met également des copies dans un endroit sûr, hors de la maison.

Un peu partout aux Etats-Unis, des sociétés proposent sur Internet des kits de survie avec alumettes résistant à l'eau, lunettes de sécurité, une centaine de gants en latex... Dans un pays où l'individu se méfie de l'Etat et compte sur sa communauté (et sur lui-même) pour sa (sur) vie, l'entreprise de la jeune femme a toutes les chances de réussir.

Mais développer ce créneau en France ? Hum hum... Je doute un peu plus que ce soit une niche porteuse.


Et la liste "des outils indispensable à ma survie"
- Internet.
- La partie sport du Washington Post, le matin.
- Le café.

(Maintenant, à vous de jouer)

3 commentaires:

lapuce a dit…

Ah oui, j'en avais entendu parler! En fait, ça me ramène toujours au livre et au film "Deliverance", et ça commence à dater.
En France, des stages de survie se développent (je voulais en faire un, en fait, parce que ça m'énerve de pas savoir faire de feu avec rien, hi hi)
Les indispensables à ma survie?
- le café, hélas ...
- du papier et un crayon
- la musique

(Bonjour, je débarque de chez Homéo, et j'aime beaucoup par ici!)

nathinphoenix a dit…

1450 $ pour mettre des documents scannes sur une cle USB... et bien mes tarifs ne sont pas si chers. J'ai vu un reportage la-dessus et en effet depuis le film 2012,ce type de chose se developpe y compris en Europe...
Bises et je vais essayer de me sevrer d'internet au cas ou.

Yibus a dit…

@ Lapuce : welcome et bienvenue (comme on dirait dans Cabaret)... Et bonne chance pour ton stage de survie (remarque, en ayant débarqué à New York, c'en est un grandeur nature).

@ Nath : ils sont même carrément donnés tes tarifs... Tu brades ton talent... Ouille ouille ouille, Internet, impossible de m'en passer (hormis pendant les vacances... Ah mais non, je fais un blog !!).