lundi 25 octobre 2010

New York : first exit to Brooklyn


Aujourd'hui, c'était régime randonnée
pour tout le monde. Suffit de contempler de la beauté comme s'il en pleuvait et de se prélasser sur la molle et grasse herbe de Central Park !

Que ça saute et plus vite que cela. Réveil détonnant à 8h, petit déj' expédié et direction Brooklyn. Et pour ne pas faire comme le commun, nous décidâmes, Yibus et madame, d'y aller et d'en revenir par le macadam... A savoir les ponts.

Evidemment, pour une ville qui cumule les escaliers sous toutes leurs formes, la marche s'imposait.



Cette saillie étant faite, je peux vous dire que l'aller vers Brooklyn fut assez bruyant. Le Manhattan bridge, que nous empruntâmes, est le pont par lequel le métro new yorkais passe. Du bruit, donc mais aussi quelques images par dessus la ville avec son linge, ses graffitis, son Chinatown...



Et à quelques encâblures de là, le célèbre, que dis-je, le monumental, le très touristique pont de Brooklyn se dévoile peu à peu.



Avant de revenir à Manhattan par le célébrissime, nous nous baladons à Brooklyn, fier quartier de New York, qui compte 2,5 millions d'habitants. Nous privilégions les rues calmes du chic et calme pâté de maisons de Brooklyn heigths.








Au bout d'une rue, on débouche sur une promenade aménagée où la vue s'annonce rien moins que panoramique sur le sud de Manhattan et une vieille connaissance.



Puis c'est le retour par le cultissime Brooklyn bridge, ou nous croisons, tant bien que mal, d'ailleurs, des milliers de touristes venus photographier Manhattan en fin d'après-midi, les bougres. Il faut dire que la zone piétone a la bonne idée de se situer au-dessus des voitures. Ce qui en fait une quasi-promenade sur les planches...




Il offre une vue fort bien dégagée sur l'Empire State building qui, sans que nous le voulions, semble le fil rouge de ce séjour qui touche à sa fin.



On se quitte avec une chanson d'un natif de cette terre : "Brooklyn by the sea".


Et la liste de "ma chanson préférée de Mort Shuman".
- Un été de porcelaine (BO du film "L'hôtel de la plage" de Michel Lang -1977- avec les immenses Daniel Ceccaldi, Myriam Boyer et Guy Marchand).

(Maintenant, à vous de jouer)

5 commentaires:

nathinphoenix a dit…

Toutes ces photos me font penser au livre de Lys de brooklyn de je ne sais plus qui. Et que j'ai lu l'ete de mes 13 ans lorsque je m'enuyais comme un rat mort en Bretagne...
Mort Shumann et son papa tango charlie...

Allez hop assez feneantiser, a l'ecriture que diantre !

Yibus a dit…

Nath : peux pas, j'suis en vacances... (donc, ne dispose point de quatre bonnes heures devant moi)...

lapuce a dit…

"Allô Papa Tango Charly", parce que je m'en souviens vachement bien, c'était entraînant pour un gosse de mon âge.
Tu sais quoi, ben ce monsieur, il donnait un mini-concert au club d'une résidence privée, et j'étais serveuse ... Et on attendait, et l'heure tournait ... Je suis allée le chercher, parce que j'avais 17 ans et que je m'en foutais bien, de qui c'était (c'était pas Bono, quoi!!... Il était ivre .. et seul, mais vraiment seul. Je me suis bien rendu compte à l'époque que c'était dramatique, mais j'en ai aujourd'hui les larmes aux yeux. Je crois qu'il est mort un ou deux ans après
Cessons de plomber l'ambiance .. J'ai adoré ton reportage,qui me permet de m'accrocher comme une moule à son rocher dans mon collège moyen sympa pour continuer de découvrir NY.
BiZ!

Homéo a dit…

http://www.youtube.com/watch?v=gB0NMmAJLe8&feature=related

Sorrow Evidemment !

Yibus a dit…

@ Lapuce : en lisant wikipedia (mais que ferait-on sans lui pour une recherche rapide ??), je découvre que Mort était un timide de compétition... Mais d'un talent fou.

@ Homéo : et déjà une oeuvre commise par Michel Lang (trois ans avant "l'hôtel de la plage").