lundi 8 mars 2010

Re-sang-sement.


Bon, j'ai un peu calé depuis le dernier billet. Il faut dire, à ma décharge, que j'étais occupé à déchiffrer une gentille lettre en six langues reçue de l'administration locale.

C'est donc en espagnol, chinois, coréen, vietnamien et... russe, outre l'Anglais, que l'Etat américain m'informe que je recevrai d'ici quelques jours un formulaire de "census" à retourner.
Ma réponse est ESSENTIELLE. Car le recensement, indique la lettre, est utilisée pour aider chaque communauté à avoir sa part juste de fonds fédéraux pour les autoroutes, les écoles, les trucs de santé et tout ce genre de choses publiques dont on pourrait avoir besoin.

"Sans un recensement complet, votre communauté ne recevra pas sa part".

Bigre... Ca fait envie. J'espère que mes voisins seront motivés. Car le spot de pub vantant le recensement n'est pas un modèle de clarté. Quand je l'ai entrevu (durant les temps morts des matchs de basket), j'ai cru à une parodie, un sketch bricolé en deux secondes ; un faux groupe de comédiens singeant des fonctionnaires. Mais non, il paraît que c'est le vrai spot officiel pour inciter à répondre. Pas dit que le genre d''humour new-yorkais (d'où se revendique le réalisateur) fasse éclater de rire les p'tits gars du Kentucky.

Sinon, le recensement sert à déterminer le nombre de représentants par Etat à la chambre des représentants. Par exemple, le Texas devrait compter 36 représentants (+4) tandis qu'à l'opposé, l'Ohio devrait en perdre 2 (16 représentants).

La question de la race, extrêmement sensible, a soulevé question. Finalement, le "N word" ("négro") sera maintenu à côté du terme "africain-américain" et "noir". En effet, l'administration a constaté que 56 000 vieux noirs s'étaient revendiqué comme "négro" en 2000. Bon sang ne saurait mentir, n'est-il point ?


Et la liste des "joies du recensement".
- Quelqu'un venait chez mes parents pour les interroger. Je me disais qu'ils devaient être drôlement importants pour être ainsi passés à la question. (Et le crois toujours).
- Apprendre le nouveau chiffre officiel de la population locale (pour la Française, j'en suis resté à 62 millions et pour l'Américaine à 300 millions tout ronds).

(Maintenant, à vous de jouer)

8 commentaires:

plumevive a dit…

chez nous, le recensement se fait maintenant par papier interposé ! si, si !

Montana a dit…

Arf, je suis moi-même en plein recensement sur la population journalistique de ma boîte où je peux les questionner autant en français littéraire qu'en martien primaire, j'ai parfois du mal à saisir leur jargon même si dans le fond je comprends depuis belle lurette comment ils bossent. C'est que ça cause vite ces petites bêtes et y a intérêt à suivre. Tiens, rien que pour le plaisir, sais-tu ce qu'est une pastillade ?

:)))))

Lilly a dit…

j'ai recu ce papier aussi hier...
dis tu crois que si on reponds la prochaine fois y'aura une ligne en francais???

Yibus a dit…

@ Plume vive ; je sens comme une légère ironie, là... (mais figure-toi que je n'ai jamais répondu à un recensement... Alors la vie est bizarroïde, tu avoueras).

@ Montana ; alors, raconte... Les itw des confrères et la pastillade...
La manière de boire le pastis en mangeant une pastilla espagnole ???

@ Lilly : sais pas mais je me demande ; ce sont les Américains uniquement qui répondent ou ceux qui vivent aux USA ??

Marie a dit…

J'suis restée à 60 millions de consommateurs et 50 millions d'amis. J'ai pas bon?

nathinphoenix a dit…

j'peux pas repondre, j'ai trop froid...

brrrrrrrrrrrrrisous - Nath sous le sapin plein de neige

Montana a dit…

L'ITW de mes collègues est parfois une véritable foire au charabia où il est bien difficile de prendre des notes tant ça va vite et qu'on passe du coq à l'âne en une pastillade ;)) Je ne dis pas qu'ils sont tous comme ça sinon j'abandonnerais le projet. Heureusement, certains comprenant que c'est leur intérêt, prennent vraiment leur temps pour bien expliquer leurs manières de bosser.

En fait la pastillade fait partie du jargon radio et spécialement à France Info pour signifier qu'il s'agit d'un son d'environ 45 secondes. Mais il y a d'autres joyeusetés comme ça dans la jargon radio entre les bobs, les papiers, les enrobés et autres paquets cadeaux :)) En fait, ce sont tous des éléments sonores ;))

Arf, et dire qu'il n'y a pas si longtemps quand on a abandonné la bande magnétique au profit du numérique, on utilisait encore l'expression "col-clau" plutôt que "titre du sujet", tout simplement par ce que les étiquettes qu'on collait sur les petites bobines de bandes ressemblaient aux cols Claudine (je te laisse chercher sur Google).

Tu remarqueras qu'on utilise d'ailleurs toujours l'expression "bob" pour parler d'un élément soonore :))))

Si demain tu passes de l'écrit à l'audio, tu seras ainsi rencardé ;)))

Yibus a dit…

@ Maire : tu as, ce me semble, extrêmement tout bon.

@ Nath : voyons, voyons, tout cela s'arrange avec une bonne paire de mitaines. (Et Moscou, tu y as pensé, aux Moscovites, transis dans le froid de l'ère Medvedev !).

@ Montana : j'avoue que faire de l'audio en école de journalisme ne m'a jamais emballé (je devais avoir les doigts trop gourds pour joindre les bandes avec les rubans bleus)... D'où le choix de la spécialité télé...

Quant aux cols Claudine, savais-tu que c'est la série de Colette qui en est à l'origine ?