jeudi 18 février 2010

La vérité si je mens


Tiens, le retour des tags.
Dans cet hiver à rallonge (déjà quatre chutes de neige) où je m'apprêtais à vous dévoiler les dessous des nids de poule de la capitale du monde libre, ce tagage me surprend tel la brise annonçant le printemps.

Venu du fin fond de l'ouest américain (autant dire, de Phoenix la cactée), il m'enjoint de vous balancer huit affirmations me concernant. A vous de trouver les deux qui sont fausses. Comme je dois être la personne qui a rencontré le moins de personnes célèbres dans sa vie, les anecdotes ci-dessous seront donc auto-centrées. Vous voudrez bien m'en excuser.


1) J'ai interviewé le général Bigeard l'année de mes quatorze ans. J'appris ainsi que les "p'tits gars" ne rigolaient pas en crapahutant en Indochine et que le bon gradé continuait de marcher tous les jours au moins une heure.

2) Un an plus tôt, nous avions accueilli pendant une semaine une classe venant de Dieppe. Sur le quai de la gare, j'aperçois une jeune fille qui a exactement le même blouson que le mien. "Sûr que c'est elle qui va dormir chez toi", ricane un copain. Ce qui fut fait. Sur ce, je vous laisse imaginer les lazzi de la foule en délire.

3) La ville où je faisais mes gammes de journaliste organise son premier marathon. Ni une ni deux, je décide de m'inscrire pour faire vivre la course de l'intérieur dans un reportage. Bien sûr, sans aucune préparation, je finis le marathon épuisé, en marchant. Une demi-heure après la course, j'arrive dans un ultime effort à taper l'article qui paraîtra le lendemain.

4) La ville organise à l'occasion d'un téléthon, un marathon (encore un) de lecture. J'ai ainsi eu la joie de lire à haute voix "l'ami Fritz" (d'Erckmann-Chatrian) durant toute une nuit sans interruption (soit huit à neuf heures), dans un grand hall qui voyait passer régulièrement deux ou trois personnes égarées.

5) Autre performance dadaïste digne d'un honnête buveur anglais, j'ai nagé pendant onze heures lors d'un marathon de natation de douze heures organisé dans cette même ville (une heure de repos divisée en trois périodes de vingt minutes). Vu la vitesse de ma brasse (sans mettre la tête dans l'eau), la distance parcourue était infime.

6) Ca devait être pour mes huit ans, sur le parking d'un Mammouth... J'ai remporté un concours de la plus grosse bulle de malabar (un diamètre de 54cm). Le cadeau devait être un quarante-cinq tours.

7) Toujours dans la catégorie "concours élevant l'esprit humain", j'étais passionné par le livre des Records. Un beau jour, je me suis mis à écrire des 1, beaucoup de 1 mais que des 1. Le record était à 1 million de 1 tapés à la machine à écrire. Au lieu de faire les devoirs, j'écrivais des 1. Je me suis arrêté à 675 000.

8) Lors d'un concert en plein air de Rika Zaraï auquel ma mère m'avait amené tout bébé, elle a dû quasiment se battre pour nous faire sortir vivants de cette foule qui la pressait pour approcher la vedette populaire.


Nu doute que vous en savez désormais davantage sur mon compte. Une fois n'est pas coutume, je lance le strip-tease verbal à Marie de Nairobi, Marie des Etats-Unis, Homéo, Plume vive et Phoebe.

(Maintenant, à vous de jouer)

9 commentaires:

nathinphoenix a dit…

T'as vu en vrai Rika Zarai ????? Ouah suis sur les fesses - dans le bidet bien-sur !

Alors je dirai 6 et 3... pourquoi ? comme ca...
Bisous et merci de t'etre prete au jeu ! Bye
Faut que j'aille bosser-suis lazy en ce moment !

Homéo a dit…

je sais aps pourquoi mais je dis la 2 et la 5 sont fausses
Et pour ce qui est de répondre on verra si j'ai le temps mais surtout l'envie, je suis en pause de blog là !

Phoebe a dit…

Merci beaucoup pour ce tag HYPER DUR, vraiment.
Moi je dirais que tout est possible, c'est ça qui est pénible, donc sont faux les 6 et 7 ?

(tu mens très très bien, j'y crois moi à toutes ces histoires ^^)

Flo a dit…

Comme Phoebe, je dirais 6 et 7. 675000 1, ca fait beaucoup. Je serai epatee si c'est vrai!

Llyn a dit…

Au hasard, 6 et 7.
Toutes ces histoires de marathon, ça m'a donné envie d'aller courir dis donc! *rires*

mariewolfrom a dit…

Moi, je dirais, la 1 et la 5. Je ne sais pas vous, mais moi un marathon nautique de 12 heures je trouve ça crétin (et épuisant).

Montana a dit…

Tâchons d'être logique, je dirai :

2) car les copains ont toujours bon dos et on peut dire tout le mal d'eux quand ils restent dans l'anonymat. Alors, j'imagine que le "copain" fut ta propre personne et que depuis, tu as épousé ton alter-ego-de-blouson

6) Si tu avais remporté ce concours, tu n'aurais pas utilisé un tel temps de conjugaison pour le lot à gagner et tu aurais bien reçu ce fameux 45 tours qui restera également dans l'anonymat. Disons que tu as dû gagner en lot de consolation ce disque strictement invendable tant le contenu ne devait pas ch... des bulles ... de Malabar.

Ca m'est arrivé aussi de gagner ce genre d'ânerie dans une foire et je vais peut-être t'étonner mais j'ai toujours ce disque dans mon boxon ambiant, une pièce de musée. Le groupe (français) s'appelait Century et leur tube (de toilette) s'intitulait "Jolie jolie secretary miss Annabel". Voir ici :

http://france-heavy-rock.over-blog.com/categorie-10932452.html

Marie a dit…

Je dis 5 et 7. Et sinon, sans préparation, t'es capable de terminer un marathon VIVANT? Là je suis estomaquée, ou alors j'aurais dû dire 3? Pour le 2, j'espère que c'est vrai, c'est trop (pas) drôle, j'imagine ton envie de mourir sur le quai de cette gare... il était comment ce blouson d'ailleurs?
Merci pour le relai, je suis en plein dedans.

plumevive a dit…

moi je dis 3 et 5, un peu trop de marathons à mon goût...

mais en lisant tout ceci, on se rend compte que tu es un sacré compétiteur Yibus !

je relèverai, sans aucun problème !