jeudi 3 décembre 2009

Un père et pleure


Je me demandais, j'en parle ou pas ? Comprenez moi, je suis pudique et le torrent d'émotions charrié par la télvision américaine ne m'arrache souvent qu'un grognement.

Sauf que là... Il est un sujet sur lequel je ne suis jamais intervenu durant ces deux ans de blog intra-USA, c'est l'armée, la guerre et toute cette sorte de choses.

Or, avant-hier, Obama 1er (juste pour dire que la campagne de réelection commence en 2010) a annoncé qu'il allait envoyer 30 000 nouveaux soldats en Afghanistan. Et qui dit soldat dit... famille, femmes et enfants qui restent au pays et retour de l'être aimé en permission, à la moitié de son engagement.

Alors que les retrouvailles d'Ulysse et Télémaque se sont certainement passées dans l'intimité la plus stricte et que Rockwell peignait le retour du GI dans sa maison (accueilli par sa maman), Internet a sonné l'heure des retours en fanfare.

L'idée, depuis quelques mois, est de surprendre son enfant : à l'école, pendant un match de football américain ou bien dans un centre commercial, les militaires sont accueillis comme des messies sous l'oeil averti des caméras et des objectifs de tous poils. La télé américaine adore ça. Séquence émotion assurée.

(Excusez-moi, je vais renifler).

Mais ces embrassades sont parfois très éprouvantes pour les nerfs des enfants.

La réaction d'Hannah Myers, qui retrouvait son père parti en Irak sept mois plus tôt, est bouleversante. Angoisse, extase, paralysie, les sentiments les plus extrêmes sont concentrés en quelques secondes.


(Photos du New York Times).

Alors, obscènes ces retrouvailles ?
Voyeurisme sentimental ?

Les uns (généralement les psychologues) disent que l'enfant peut être traumatisé, que cela l'oblige à vivre avec l'angoisse du départ, du deuil éventuel. Les autres (les parents) rétorquent qu'il s'agit d'un moment exceptionnel, que l'enfant s'en souviendra toute sa vie...


Sans aucun rapport, une chanson triste comme un mirabellier lorrain sans fruits dans le vent de septembre.


Et la liste des "soldats en tenue de combat"
- Soldat Louis (du rhum, des femmes, de la bière...)
- Le soldat de plomb (ça, pour plomber l'ambiance, il s'y entend)
- La première séquence du "Soldat Ryan" (qu'il faut sauver, et ils y parviendront)

(Maintenant, à vous de jouer)

6 commentaires:

Homéo a dit…

Le soldat rose "love, love, love ...."

Montana a dit…

Oui, ce voyeurisme des reality shows a le chic de me filer la pire des gerbes et je ne parle pas de celles qu'on place sur la tombe du soldat inconnu.

Quant à Gainsbourg, pouet'pouet', la chanson n'est justement pas triste (même si) car elle s'inscrivait dans le thème principal de l'album "Love on the beat" après que mon Maître ait visionné le chef d'oeuvre cinématographique "Cruising" (La chasse) avec Al Pacino, qui se déroule dans les milieux gay. De plus, cet album se voulait une forme de continuité quant à son propre film "Je t'aime moi non plus" sur le même thème.

Ma liste maintenant :
- Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny got his gun)
- Deere Hunter (Voyage au bout de l'enfer)
- Apocalypse now
- Soldat Bleu

Et le must :
L'armée du Salut
:)=)

Montana a dit…

J'allais oublier :
"Le repos du guerrier"

:))))

nathinphoenix a dit…

je suis toujours etonnee que des gens croient que toutes ces emissions, en France ou ailleurs, sont reelles... alors que bien entendu, elle sont jouees et surjouees. sauf que dans ce cas la avec des enfants, c'est degueulasse.

Barry Lyndon - Ashley dans "autant en emporte le vent" (j'avais des gouts bizarres adolescente) Bye - Nath

Yibus a dit…

@ homéo : toujours pas écouté ce soldat à la couleur pas convenable pour la chose militaire.

@ Montana : merci pour les infos (je dis triste et en même temps j'adore la musique qu'il a planté sur les paroles).

@ NathinPhoenix : au cas où je me sois mal fait comprendre, ce sont de simples vidéos filmées, pas des extraits d'émissions de télé-réalité ou concues dans ce sens.

plumevive a dit…

chuis grave à la bourre, mais j'aurais répondu comme Homéo !