jeudi 30 avril 2009

Son sommeil



Macha Béranger
est morte voici quelques jours. A vrai dire, c'est la deuxième fois.




La première, c'était en 2006, lorsque son émission avait été rayée de la grille de France Inter, après 29 ans de présence.


J'ai été touché, hier, en regardant l'extrait d'une émission après qu'elle avait appris la nouvelle. Le jeune animateur (Marc-Olivier Fogiel) et les invités lui disent en substance : "Allez, Macha, c'est la vie, 29 ans, c'est bien, c'est assez long, c'est la loi du métier, tu le savais, ils veulent rajeunir l'antenne". Elle fit la même émission sur MFM, pendant encore un an.

Entre minuit et 2h du matin, elle écoutait ceux qu'elle appelait les "sans sommeil".

Dans la vingtaine, il m'arrivait, les nuits d'insomnie, de tomber sur Macha Béranger. Et de l'écouter écouter. On entendait les silences, toute la richesse de la radio, le direct, on imaginait la lumière -forcément tamisée- de la petite lampe posée à côté de son micro. L'intimité de la radio. Et voilà.

La nuit est propice à la parole, à la boisson ou au disco.

Ça n'a aucun rapport mais elle disait aussi que dans ses plus beaux rêves, elle rejoignait ceux qui l'avaient quittée. Ils l'aidaient à passer à la journée suivante.


Note : raconter pourquoi je lis, chaque jour, la rubrique nécrologique depuis le départ aux États-Unis.


La chanson du jour : Philippe Léotard chante "je chante pour passer le temps" de Léo Ferré (je n'aime pas les diaporamas sur les chansons, morbide, mais bon...).




Et la liste des "voix radio"
- La mienne (le bon pronostic en direct sur une station locale du résultat du match de la coupe du monde de foot France-Koweit (4-1 avec l'émir qui pénètre sur le terrain) et la voix qui tremble).
- Celle de l'animateur phare de cette radio qui tient l'antenne tout seul, alors que le permis d'émettre vient d'expirer. Pendant quatre heures, il parlera, assis sur le toit de la station et on l'écoutera. Il dira ce qu'il a cru possible, ce qu'il a aimé, il saluera ses amis taulards...
- Eugène Saccomano (M. foot d'Europe 1)
- Jean-Luc Hees (M. Amérique, France Inter)

(Maintenant, à vous de jouer)

18 commentaires:

Florentine a dit…

Merci pour cet article/hommage dans lequel figure de plus une vidéo de Philippe Léotard.

Corinne a dit…

Rapport au billet precedent, je voulais te dire Monsieur que c'est pas reglementaire d'arreter son blog pour cause de memoire saturee. En plus c'est contagieux des decisions pareilles, on court a la pandemie d'arret de blog. Contente de voir que tu vas continuer.

J'ai eu le privilege de parler a Macha, dans la vingtaine aussi. Je me souviens de la secheresse dans la gorge a cause du trac mais surtout de ses precieux conseils. Sa disparition m'a beaucoup peinee.

Clementine Celarier et Daniel Mermet, 2 voix dans la nuit dans les annees 90 sur Inter.

nathinphoenix a dit…

Tres bel article... L'institution Macha ! une belle femme, excellente actrice (revue dans comme t'y est belle)en plus d'avoir un coeur gros comme ca.

@ Corinne : l'arret du blog est la nouvelle pandemie qui chez moi est passer au niveau 5 !

Corinne a dit…

@ Nath : Ah non pas toi, tu vas pas nous faire ca !!

Yibus a dit…

@ florentine : il vous en prie (et Philippe Léotard, j'y ai pensé en baguenaudant sur ton site).

@ Corinne : j'arrête pas (je crois que j'ai pas été clair sur le billet précédent)... Je me -et vous- demandais quel hébergeur était bien... Tout ça, tout ça...

@ Nath : ah non, pas toi, tu ne vas pas nous faire ça !

@ Corinne : copieuse (eheh).

Montana a dit…

Comme j'ai pu l'exprimer sur d'autres blogs, je suis purement scandalisé par le "silence assourdissant" (oxymoron là) autour de la disparition de cette grande figure de la radio. Non seulement elle a été virée comme quasiment une malpropre, mais en plus, SOUS LA PRESSION du personnel, la direction a sorti une note d'une simplicité à pleurer quelques jours après sa disparition comme ce cher PDG pensait plus à faire la pub de son bilan et rappeler son pot de départ auquel je n'ai pas participé (je ne vais quand même pas lui faire cet honneur). Voila le genre d'hommage que rend Radio France en donnant la date de ses obsèques comme une façon de dire, allez-y si ça vous chante, nous on a autre chose à foutre. Vivement le retour de Jean-Luc Hees mais cette fois à la tête de la boîte qu'il connaît par coeur, ça ne saurait tarder désormais.

Repose en paix Macha, tu mérites plus que ces cons :(((

Homéo a dit…

une autre voix... Max Meynier et aujourd'hui Brigitte Lahaie.

Yibus a dit…

@ Montana ; et Val à France Inter, c'est ça ?

@ Homéo : oh oui, Max Meynier. Quant à Brigitte, en effet, un bel effet de gorge...

Montana a dit…

Pour Val, ça semble se confirmer en effet, on verra bien à la fin du mois.

la Garce Cuite a dit…

Petites précisions :
à Inter, à l'arrivée de Schlesinger comme patron, un certain nombre de producteurs ont été virés dont Macha, certains la veille de leur reprise au micro...plus personne aujourd'hui ne s'intéresse à ce qu'ils et elles sont devenus (es).
les lumières sont tamisées en effet jusqu'à 7h du matin, pour faire plus intime. Mais crois moi, la seule vraie intimité est celle qu'avait Macha avec ses auditeurs, car le reste en studio ou dans le bureau n'a rien d'intime...

Homéo a dit…

Chéri ajoute à Richard Boringer, et Francis Zegut

Montana a dit…

Tiens, j'ai une anecdote sur Boringer. Lors des dix ans de France Info, le boss de l'époque, Pascal Delannoy avait convié mon groupe à assurer l'animation. On s'était bien marré jusqu'à l'arrivée d'un Boringer bourré sur scène qui est parti dans un délire verbal en chopant mon micro où il a fallu que nous l'accompagnions dans un foutoir instrumental. Il a fallu que nous interrompions le set au bout de qq minutes car ça partait en vrille et que les journalistes qui riaient au départ commençaient à se lasser, d'autant que le sieur a failli se casser la gueule de la scène en embarquant mon synthé au passage. J'ai sauvé les deux en retenant le synthé dans une main et Boringer par le col de sa veste. Je vous épargne la suite et la démonstration qu'il a fait de sa personne à la directrice de FIP complètement outrée.

nathinphoenix a dit…

@ Homeo : lu trop vite... j'ai cru que tu appelais Yibus "cheri" - J'ai cru avoir loupe un episode !

Homéo a dit…

@Nath chui's morte de rire :)
Ma'me Yibus ch'uis désolée de la méprise ;)
Yibus t'as vu y'en a qui font courir des bruits ...

Flo a dit…

Dominique Bressot, pour la F1 sur Europe 1.

Montana a dit…

@Flo : Si tu parles de F1, alors autant citer Patrick Grivaz d'Inter qui te pond des kilomètres de reportage en quelques secondes, surtout pour de courtes interventions dans les journaux de France Info. Je ne connais pas beaucoup de journalistes pouvant en débiter autant en si peu de temps, et le tout sans la moindre faute de langage.

Flo a dit…

@Montana: Il faut dire que je ne suis plus la F1 d'aussi pres que dans les annees 80, mais je preterai l'oreille cet ete en France pour decouvrir ce monsieur Grivaz.

Yibus a dit…

@ Montana (1) et (2) et (3) : eh eh, ben dis donc... Et tu joues de la guitare dans ton groupe ?

@ la garce cuite : en voyant un reportage sur les coulisses d'Inter, en effet, l'intimité s'entend plutôt qu'elle ne se voit.

@ Homéo : Zégut, c'est le papi du rock...

@ Homéo (2) : c'est dingue ! Je suis effondré.

@ Nath : pas de ça entre Homéo et moi ! (n'oublie pas qu'il n'y a jamais eu rencontre physique et donc, a fortiori, contact...).

@ Flo : je ne suis même plus la F1 tellement c'est aseptisé (le rallye, c'est bien).