mercredi 8 avril 2009

Hopper (et passe)


Je suis d'humeur
très hoppérienne ces derniers temps. Dans le sens où quand on demandait au peintre ce que voulaient dire ses tableaux, il répondait : "c'est à chacun d'interpréter".

Bref, alors que nous partons ce vendredi pour une semaine à tourner autour du lac Michigan (dans le sens contraire des aiguilles de la montre), je crois que ce voyage va être bien-bien.

Deux mois après les couchers de soleil floridiens, ce sera sans doute la fraîcheur du Nord, les immeubles de Chicago, les maisons à vendre de Flint... Des paysages industriels, une autre facette de l'Amérique. Et la route.

Puis s'installer dans une chambre, regarder ce qui servira d'alentours pour quelques heures (Hôtel près de la voie ferrée, 1952).


Rester au plus près de la route, jusqu'à entendre le trafic voisin pendant les insomnies (Motel à l'ouest, 1957).


Des chambres où, à peine arrivé, on se pose sur le lit, comme en attente (Chambre d'hôtel, 1931).


Il m'est arrivé, la nuit, ne trouvant pas le sommeil, de me réfugier dans le hall d'hôtel pour lire... J'y ai plus rarement attendu des gens pour sortir (Hall d'hôtel, 1943).


Humour étrange de certaines inscriptions (vu à l'Holiday Inn).


C'est drôle, je ne me rappelle pas avoir été déçu par un voyage. Surpris toujours, poussé dans les retranchements du confort quotidien parfois, mais déçu, non. Je n'en attends rien de précis. Si, j'attends à chaque fois la nouvelle odeur qui va se dégager lorsque j'ouvrirai la porte d'entrée de la station-service pour aller chercher deux cafés avant de reprendre le chemin (Essence, 1940).


Alors, nous allons partir, cette fois encore, sur les routes américains. En fait, ce qui me manque le plus, c'est le train (Compartiment C, voiture 193, 1938).


Lire dans le train un bon livre et lever la tête de temps en temps, en goûtant par avance le plaisir de se replonger dans les pages aimées.


La chanson du jour : une merveille issue de "Semi-pro", parodie d'un type de basket durant les années 70. Dans la bonne ville de Flint, Jackie Moon (alias Will Ferrel) feule "Love me sexy". C'est bon comme un avatar américain de Tom Jones.

Et la liste des "mots pour parler d'Hopper"
- Lumières
- Ombres

(Maintenant, à vous de jouer)

8 commentaires:

Flo a dit…

Jimmy McNulty, et maintenant Edward Hopper! Reste plus que Don Draper (Mad Men), Andre Malraux, et Ayrton Senna, et on aura fait le tour de mes fantasmes. La psychanalyse, on commence quand? Bon sejour dans ma chere Windy City!

Sinenobilitas a dit…

Ed Ruscha pour son livre "26 gas stations"...Une jolie rencontre...
Chicago...que je ne connais pas m'attire, Hopper j adore , et évoque pour moi la distance (in/out)...
C'est hasardeux mais, quelque part, mystery train de Jarmusch peut correspondre à une vision moderne de Hopper...(temps, distance, tranquilité...quelque chose comme ça)

Et pour finir Flint, je n en ai que la vision M.Moore...Hélas...

Bon trip à vous...

Sinenobilitas a dit…

Ed Ruscha pour son livre "26 gas stations"...Une jolie rencontre...
Chicago...que je ne connais pas m'attire, Hopper j adore , et évoque pour moi la distance (in/out)...
C'est hasardeux mais, quelque part, mystery train de Jarmusch peut correspondre à une vision moderne de Hopper...(temps, distance, tranquilité...quelque chose comme ça)

Et pour finir Flint, je n en ai que la vision M.Moore...Hélas...

Bon trip à vous...

plumevive a dit…

j'aime beaucoup les oeuvres que tu nous as proposées, spécialement la lectrice dans le train

Ariana Lamento a dit…

il y a plus de sérennité que de vrai bonheur, chez Hopper.
La fenêtre, cependant, est l'un de mes préférés.

Homéo a dit…

ah, ah Ariana ! "Night Windows" est dans ma chambre juste devant mon lit,(une reproduction, évidemment) c'est effectivement mon préféré.

les mots pour parler de Hooper
"voyeur" comme j'aime.

Gilles Desforges a dit…

Gilles d'Oxymoron fractal pour Olivier de Bloguer ou ne pas bloguer qui vient de recevoir un avis d'un visiteur de sa Revue (celle du 10.04.09) disant qu'il aurait bien aimé laisser un commentaire ici.
Vous avez aussi l'option ouvrant les commentaires à "Anonymes" (ce qui est ... mais) qui va de paire avec l'option "Nom - url). Ca fait moins blog fermé voire, sectaire à l'image de Skyblog n'offrant pas ces options.
Pardon d'être très directe, mais c'est tout moi. Olivier SC

Yibus a dit…

@ Flo : pas commencé mais ça m'intéresserait un petit peu (connais pas Mad men).

@ Sinenobilitias : on va voir Chicago dans trois jours et puis j'aime bien la relation que tu fais avec Jarmusch... J'y trouve aussi des points communs, des personnages qui voyagent avant de s'immobiliser.

@ Plume vive : c'est ma préférée, j'imagine bien le hors-champ peuplé de monde et elle, en pleine nuit qui lit.

@ ariana : oui, je trouve aussi qu'ils sont reposés ces personnages (tellement ils pourraient avoir une histoire extraordinaire).

@ homéo : ah, entrer dans les chambres d'hôtel, oui, oui...

@ gillesdesforges : merci pour l'info (pas de souci pour le direct, c'est mieux comme ça).