vendredi 24 avril 2009

Briseur de grave


Plus tordu comme titre, y'a pas. Mais il a sa propre logique, vous verrez. Oyez d'abord l'histoire qui est arrivée à un ami. Désolé, ma bonté naturelle m'interdit de le nommer mais sachez qu'il habite dans le Maryland.

Or donc, voici quelques jours, il est au feu rouge, dans sa voiture, nez en l'air. Il constate que pas mal de véhicules sont engagés dans le carrefour. Pas de problème, se dit-il, ils vont partir et lui permettre de tailler la route.

Voyant le vert s'allumer -et distraitement- il démarre et pile tout juste devant une voiture qui bloque toujours le passage. L'autre conducteur, loin de s'excuser, l'invective. Réplique de l'ami... Evènement pour le moins surprenant. Si vous le connaissiez, vous verriez qu'il est plutôt placide dans la vie. D'ailleurs, il possède une tortue que j'ai eu l'honneur de nourrir durant quelques jours, c'est tout dire.

Bref, il s'excite un peu et l'autre lui brandit alors devant le nez (manière de parler, deux vitres, même pas blindées, les séparent) un carton orange sur lequel est écrit "funeral" avant de reprendre sa route, furibard.

L'ami a fini son histoire. Il me regarde de l'autre côté du banc. Placide, l'ami. Moi, le museau qui se tord.

Instinctivement, je me mets à rire. Peu puis fort. Alors qu'il s'apprête à composer le 911 (numéro des urgences, entre autres psychiatriques), je lui explique qu'une des 120 questions à potasser pour le code de la route à Washington DC stipule qu'il ne faut JAMAIS couper un convoi funéraire. Même s'il traverse au rouge. Jamais, never.

Sauf que dans son Maryland, les règles pour avoir son permis sont bien différentes. Pas de code à réviser mais un pensum de quatre heures sur les ravages de l'alcoolisme et des drogues. Raconté ici, ça fait froid dans le dos.

Mon ami demande alors, le plus sérieusement du monde. "Et si le convoi avait fait 100 mètres de long ? J'en ris encore.

Bon, le titre maintenant. En sachant que "grave", signifie "tombe" en anglais, le reste du titre devrait couler de source.

Sauf que le jeu de mots est approximatif. Car 33% des Américains ont choisi la crémation en 2008 (et 99,70% des Japonais et 23% des Français).

De toutes façons, vous avez échappé aux titres suivants :
- "Il a failli passé sur le corbillard"
- "Funéraire de rien mais c'est un corbillard"
- "Le convoi roulait au rouge".


La chanson du jour : Wyclef Jean réinterprète "le concerto pour une voix" dans "Apocalypse".


Et la liste des " choses de la vie constatées en ce jour"
- J'ai vu trois hommes en train de fumer un gros cigare à 10 minutes d'intervalle.
- J'ai vu des enfants de 10 ans poser des questions à des adolescents de 15 ans et les seconds être aussi gênés que les premiers.

(Maintenant, à vous de jouer)

10 commentaires:

Montana a dit…

Pas maaaaaal les jeux de mots, bien vus.

Ou "il a volé, a volé, a volé, a volé l'orange du marchant" :))

Alors, question, comment sait-on que le convoi funéraire prend fin ?

Woodchuck a dit…

Ah le malotru, aucun respect ce garçon. Pensez a la moitie du cortège qui, ainsi coupe, n’a jamais réussi à trouver le cimetière.

Fab-Fab a dit…

Le mec placide que je suis peut rapidement monter dans les tours en présence de fumeurs de cigares... Je ne supporte pas l'odeur.

Sinon, ton histoire m'évoque un dessin extrait de la BD du petit Spirou, où ce dernier perd le contrôle de sa luge tandis que passe, en contrebas, une procession funéraire.

Malheureusement, je n'ai pas retrouvé l'mage sur internet. Cette évocation demeurera donc une private joke!

nathinphoenix a dit…

J'ai vu deux artistes peintres parler de leur art, et c'etait beau leurs etoiles dans les yeux...

Flo a dit…

Oui, ici on ne plaisante pas avec les convois funebres et les bus scolaires...

ariana a dit…

ah ouais? Jamais vu de convoi funèbre, encore, ici; Ah si, un downtown, comme dans les films, mais c'était peut-être un film.

donc trucs constatés en ce jour... j'en parlerai dans un prochain billet. Bon sang, ce que ça me prend du temps, d'écrire...

Yibus a dit…

@ montana : justement, c'est là tout le sel de la chose... On ne sait pas, on devine !

@ woodchuck : et le GPS alors, cher ami, il est fait pour les porteurs de grippe porcine ? (rhô, pas drôle).

@ Fab-Fab : alors, il est mort ? (figure-toi que, durant l'unique jour de neige à DC, le grand n'a jamais trouvé le temps -ou l'envie ou la possibilité- de freiner sur sa luge ce qui l'a conduit à connaître de très près la portière d'un énorme 4X4.

@ Nath : leurs étoiles (à peindre les matelas) (oh, ce jeu de mot tout pourri vintage années 50).

@ Flo : mais avec quoi donc plaisantent-ils ? C'est pas drôle comme pays ! Vraiment !

@ Ariana : écris, écris... Que ta plume vole comme l'archange Gabriel.

Lauret a dit…

J'arrive depuis l'ami Olivier et j'ai apprécié cette lecture plutôt insolite. Comme titre alternatif, "le convoi roulait au rouge" m'a greffé un sourire sous le museau.

@+

jcmian a dit…

J'arrive aussi de chez Olivier et les bras m'en...tombent lol
J'adore votre titre

Yibus a dit…

@ Lauret : bienvenue dans le Potomacmicmac... Pour continuer dans le -mauvais ?- calembour, vous êtes hardi d'être entré ici...

@ Jcmian : bienvenue et merci bien...
Pour la bonne bouche, il y a eu :
"Mieux vaut tarmac que jamais"
"Hopper (et passe)"
"un monde de dingues (spécial Thksgiving")
"campeurs et sans reproche"
"mettre les crieurs de son côté"
"orage, eaux, des espoirs"
"retour de flemme"
"les onze y trônent"
"trois éléphants, ça Trump énormément"
"Tsoin-tsoin Valentin"
"kitchen alimentaire"
"Le vice en rose"