vendredi 12 septembre 2008

Essuyer le plâtre

Donc, c'était avant-hier, le grand garçon s'est cassé le poignet, tout seul, comme un grand, en trébuchant sur un sac qui prenait le soleil dans la cour de son école.

Et après un passage par les urgences, rendez-vous ce matin pour la pose du plâtre. Ah non, messieurs-dames, ce n'est plus un plâtre. C'est une espèce de grille appelée "fibroglass"...

Plus précisément, après consultation nétique, " un ciment moderne auquel l'adjonction de fibres de verre confère des qualités de plasticité et de translucidité accrues. La résistance de ces ciments aux chocs et aux affaissements permet des restaurations considérées habituellement comme difficiles."

Récit de l'intéressé pendant la pose de la chose : " ça chauffe, ça me fait comme si des petites bêtes s'agitaient"....
Bigre, le remplaçant du plâtre est une matière vivante.

Et le grand garçon, pas peu fier d'aller faire signer son ornement aux copains de la classe a choisi la plus belle couleur qui soit : orange. (Il y avait aussi en stock rouge, bleu, vert ou violet).
Pas sûr cependant qu'avec le grillage visible, les signatures soient très lisibles.


Ajout du retour de l'école : finalement, elles sont bien lisibles.


A propos de lisible, c'est le poignet droit qui est touché. Celui qui écrit.

Il n'est pas dit que je fasse de mon fils un être bilingue à la sortie de son expérience américaine. Mais il sera ambidextre (il a cinq semaines pour s'entraîner).

Non, je vous jure, ça n'a aucun rapport. C'était un sac, par terre...



La chanson du jour : un peu d'ambiance ne nuit pas avec "love shack" des B52's.


Et la liste des "bobos bêtes et douloureux"
- Les panaris (allez Nantes...)
- Un petite coupure en taillant les concombres
- Des aphtes (à Line...)
(maintenant, à vous de jouer)

15 commentaires:

Lilly a dit…

cognage de petit orteil dans un coin de meuble
brulure avec le fer a repasser (c'est dangeureux cces betes la je les evite le plus possible)

voila et bon retablissement a ton fils!

Catherine a dit…

J'ai eu un beau plâtre bleu à la cheville ! Je ne vous raconte pas comme mon Luminaire était content de tout faire à la maison ! Mais il s'en est bien tiré, et avec bonne humeur, en plus.
- Un bouton, n'importe où, qui va sortir.
- L'aiguille qui dérape et qu'on s'enfonce sous l'ongle.

Nono a dit…

Salut,

Moi, je n'y peux rien, mais c'est ainsi. "Les panaris (allez Nantes...)", ça me fait bien marrer.
Et tant qu'on est dans la grosse poilade: le spécial Equipmag' qui va sortir la semaine prochaine, tu veux qu'on te l'envoie?
Je ne sais pas moi. Au cas où tu serais pris d'une certaine nostalgie?

N.

Ariana Lamento a dit…

bobos douloureux?
euh... mettre des enfants au monde, c'est pas un pic-nic, M'sieur yibus.

Llyn a dit…

*rires* T'as pas honte, non, "panaris (allez Nantes...)"? :p
Bobos douloureux et très bêtes: les doigts coincés dans la porte latérale de mon utilitaire de chez Pigeon Voyageur, le petit doigt de pied cassé en se cognant dans la porte de la salle de bain, se mordre la langue en tombant de cheval (la langue, quand ça saigne, ça fait très mal :( ), se coincer les doigts entre deux caissettes au Pigeonnier... Quoi, c'est que de la maladresse tout ça? Du tout!

En tout cas, ton fils ne va passer innaperçu avec ce plâtre lumineux ;-)

HELENE J a dit…

se pincer la peau sous le menton en attachant la jugulaire de la bombe avant de grimper à cheval (précis le bobo)

pyrrha-Na a dit…

- se prendre un poteau à l'entrejambe parce qu'on lit en marchant et qu'on ne voit pas les poteaux de cette hauteur (ouaip, même pour les filles, c'est douloureux).

- faire la maligne la nuit sur des rochers en bord de mer en Espagne quand on a 18 ans et quelques verres dans le nez, et se crasher, le menton en avant (sans avoir le temps de mettre les mains : on rebondit presque, si si!)

- se manger un retour de porte (normale quand elle est battante).

- se choper une tendinite à force de s'amuser avec le muscleur de doigts (pour la guitare.. ça, c'est pô moi, c'est ma mère).

- une opération du ménisque suite à un semi-marathon couru magré 55 balais et un mal de genou (mon père).

- et les habituels : les orteils dans les meubles, les retournements d'ongles, les coupures de tout genre (j'suis la spécialiste) etc.

joli le orange. un peu dur à assortir peut-être. mais joli.
moi je me suis retrouvée à côté d'un emplâtré au collège : je devais copier le cours en deux exemplaires, pendant le cours.
je me demande encore pourquoi il ne faisait pas de photocopies...

Yibus a dit…

@ Lilly : grand classique
de mes détestations, le petit orteil...

@ Catherine : oh, Catherine, ça me fait penser, votre histoire d'aiguille quand une aiguille de seringue m'avait traversé l'index...

@ Nono : euh, écoute, pas vraiment quoi... Mais je te remercie, tu es bien urbain... Et toi, ça va sinon ?

@ ariana : ah, non, mais ça, ça compte pas, c'est bonus, plaisir et cie...

@ Llyn : aïe, la langue de cheval, c'est peut-être meilleur que la langue en tombant du boeuf !

@ helenej : et la corde du pendu, tu y as pensé à ce bobo ??

@ Pyrrha-na : le pire, c'est qu'il arrive à écrire de la main droite. Mon désir d'en faire un ambidextre vient de s'envoler.

nathinphoenix a dit…

un gros blog elbow !!!!

Arty a dit…

Les bleus... (à l'âme :)

plumevive a dit…

Mon fils s'est cassé la main il y a trois mois, droite et droitier, il a appris à écrire de la main gauche au moins son identité et quelques mots basiques, mais son instit' a été sympa : elle l'a laissé utiliser l'ordi pour travailler...

La liste est pas mal exhaustive déjà, j'ajouterai pour ma part la coupure faite au papier, vous savez ? la feuille qui va insidieusement avec sa tranche quasi-invisible, vous couper d'un coup sec... saleté...

Fab-Fab a dit…

Sympa le plêtre orange! Il doit faire fureur à l'école, tout le monde va vouloir le même! Avec la maîtresse aux petits soins pour lui, en plus, il doit pas être si malheureux! ;-)

Un souvenir précis d'une douleur pas souhaitable : cours d'EPS en 5ème. Parcours prévu : course d'appel, prise de rebond sur trampoline et appui tendu renversé sur un mouton (comme un cheval d'arçons, mais + petit, et sans les arçons).

Ben en ce qui concerne le FAb, la course s'est arrêtée avant même le trampoline dans l'extrêmité duquel j'ai shooté violemment(ah... de l'importance de la course d'appel!).

Résultat : pied fort meurtri. Déballage douloureux dans la solitude du vestiaire. L'extrêmité de la chaussette est imbibée de sang. Il faut encore l'enlever celle là. Diagnostique : ongle du gros orteil plié à 90° (environ)et une bonne grosse douleur des familles. Je ne pouvais pourtant pas le laisser comme ça : j'ai dû le rabattre (mmmmpppppfffffffffhhh aaaaarrrgh!)

Tout ça pour dire... je compatis!

Bon rétablissement M!

Yibus a dit…

@ nath in Phoenix :jamais eu, peux pas dire (mais une bonne vieille tendinite du poignet) (eh, oh, pas ce que tu crois... quoique)

@ Plume vive : sniffou, pas assez de participants au méga concours de l'été, c'est ça ??

@ arty : ignoble, la coupure du papier... M'en suis aperçu quand je pissais le sang sur le plancher (ta,ta, ta...)

@ Fab-Fab : merci beaucoup et bon appétit (tout ça pour faire fuir mes courageux lecteurs vers ton néo-blog... Trop petit comme tactique... Eh oh, éculé, va...)

Flo a dit…

S'enfoncer une agraphe dans l'index parce qu'on etait en train de jouer avec l'agrapheuse pendant une conversation telephonique...
Bon courage au grand! Etre gaucher, ce n'est pas si mal.

C'est Alice ! a dit…

C'est dur de faire travailler la main gauche. Quand je me suis fracturé la clavicule (droite, sinon c'est pas drôle), t'aurais du me voir essayer de ma laver les dents de la main gauche, c'est vraiment pas facile !!

Bobos cons, je dirais :
- se mordre l'intérieur de la joue alors qu'on parle et mange en même temps (punition !!)
- se cogner la tête contre la vitrine d'un magasin, pask'on se penche un peu trop et trop vite (devant tout le monde en plus !)