jeudi 3 avril 2008

La solitude du propriétaire de luxe


Ça doit être le contexte.


Le fait que je sois Lorrain, enfant quand la fermeture des usines faisait la Une des télés.
Le fait que j'aime les ruines, les villages fantômes, les émotions engendrées par les zones pavillonnaires.

Le fait que j'aime "les vivants et les morts", grand roman de Gérard Mordillat sur le sursaut des humains dans les 90's lors de la fermeture d'une usine sur fond de plan social.

Le fait que je sois en train de visionner (par morceaux d'une heure) un documentaire chinois sur une zone industrielle qui employait 1 million de personnes en train de péricliter (A l'ouest des rails). Il dure 9h. C'est une bonne durée pour voir les choses se défaire.

Ou bien le fait que, durant les prochaines vacances, je passerai devant un hôtel qui s'appelle "l'hôtel du progrès", bien sûr fermé...
Ou encore le fait qu'un bon ami habite dans un immense condominium dont les couloirs font au moins 40 mètres de long.

Mais ça me fait penser au Plaza, grand hôtel de New-York (en photo). Un article du New-York Times de février dernier racontait sa transformation. L'hôtel chargé d'histoire, a vendu la moitié de ses chambres, les transformant en appartements et a rénové les autres. Position unique dans Big Apple, les prix se sont envolés. Autour de 6 millions de dollars pour deux chambres.

Problème, sur les 100 appartements qui se sont arrachés, ils n'y a qu'une demi-douzaine d'habitants permanents. La majorité des acheteurs sont des multimillionnaires qui vivent en avion ou dans les autres demeures qu'ils possèdent aux quatre coins de cette planète plate.

Il règne donc un silence impressionnant lorsque vous êtes seul au 15ème étage, le soir, et que vous commandez une pizza. Rencontrer des colocataires n'est pas chose facile, raconte l'article. Et c'est un des passages qui m'a plu.

Le biographe du milliardaire américain Andrew Carnegie, précise : "au 19ème siècle, les super-riches savaient comment se rencontrer. Les règles sociales sur la manière de s'appeler et de se comporter étaient plus explicites et c'était facile de voir si les ouvertures sociales étaient acceptées ou rejetées."
Les structures formelles et les rituels permettaient aux gens de naviguer.
(Tableau de G. Harvey : The Plaza-New-York)

Un des six propriétaires riches
(mais esseulé), semble regretter : "Ceux qui ont acheté ne cherchent pas à faire partie d'une communauté. Ils ont déjà leur communauté. "
Personne ne va au centre de sport de l'hôtel... Les Spain, d'anciens courtiers venus de Philadelphie, ont fait trois "parties" pour rencontrer leurs lointains voisins. Sans plus.
Ils attendent que le restaurant et que les boutiques ouvrent pour découvrir des gens "very interesting." En attendant, ils meublent leur solitude en contemplant les milliers de personnes qui entrent et sortent du Apple Store, à côté de l'hôtel.


Ça me fait penser à "Lost in translation" et aussi à un autre film, angoissant, dans un hôtel bien étrange...



La chanson du jour, pour débrider mon côté midinette (et pour l'Italie) : Laura Pausini chante "La solitudine".


Et la liste des " incontournables dans une chambre d'hôtel"
- les tableaux au mur (l'hôtel à Atlantic City avait deux tableaux identiques au dessus des deux lits doubles)
- la taille de la télé (grande, yep)
- le contenu du micro-bar (pistaches et Coca-light, miam)
- les crayons et les calepins (je les prends toujours)
- les produits pour se laver (je les prends toujours (bis))
(maintenant, à vous de jouer)

19 commentaires:

Sixtine a dit…

Tiens ça me fait penser à la cultissime chanson des Eagles ...
"Hotel California"

(ouéééééééé chui preum's !)

Flo a dit…

Aaaaaaaaahhhhhhh, Sixtine! J'arrivais juste pour dire, euh, "Hotel California"... J'adore, alors je le dis quand meme.

Yibus a dit…

@ sixtine et Flo : jeunes femmes de bonne famille, dîtes-moi : qu'est-ce que ce que vous regardez en premier dans une chambre d'hôtel ? Hein ?

(suis d'un curieux, moi) (ahah)

(Fut-il de Californie, top 5 des slows, on est d'accord)

C'est Alice ! a dit…

Moi aussi je prends les calepins et les crayons ; les gels douche j'ai arrêté (je m'en servais pas car ils ne sentaient pas bon), je prends aussi les p'tites éponges pour lustrer les godasses (c'est tout compris dans le prix, comme dirait Ross)

Sinon, rien à voir mais si quand même un peu : j'vais souvent à l'hotel pour les déplacements pro, donc pas blasée mais bon y a plus l'excitation du début (pi j'vais rarement au Plaza alors) ... ben une fois à Prague, j'ai halluciné : en ouvrant la porte de ma chambre, la lumière s'allume, la musique démarre, et sur la tv s'affiche : "Bonjour Mademoiselle Alice, et bienvenue au *bip*, blablabla ..." : j'étais fière comme une gamine qui se prend pour la reine d'angleterre !

Yibus a dit…

@ c'est alice : dans mon boulot d'avant, j'allais une fois par mois au moins à l'hôtel (dont l'Allemagne, le chouchou, ah.. Dusseldorf et ses salons)...
Et le plaisir, toujours renouvelé, était de découvrir la chambre et se jeter sur le lit. Puis découvrir la vue... Le plus souvent, bof, bof... Un hôtel drôle à Stockholm avec les chambres tout en bois (recyclable...)

Une fille qui se prend pour la fée clochette a dit…

ah bah pour moi c'est drôlement moins drôle les hotels. J'en recense 4 de mémoire, deux pour mes concours, un avec une amie sur lyon et un 4ieme à Chambéry la veille d'un stage dans le coin. Et comme je suis étudiante tout ça tout ça en général mes hôtels y sont pas luxuriants. En fait de l'hotel en lui même je ne retiens pas grand grand chose mais alors j'ai quelques souvenirs autour :)
Un pour mes concours > passé une demi heure à le trouver tellement il était bien planqué (près de Rennes)
Le second pour le concours > un F1, une chambre pour trois où on s'est retrouvé à 4 avec un matelas par terre pour la quatrième qu'il a fallut aller chercher dans une chambre voisine (la chambre était occupées par des copines ^^ ) et la miss a gigoté toute la nuit m'empechant de dormir correctement la veille des épreuves.. huhu
Et celui de Lyon, déja on partageait le même lit avec une amie (jusque là rien de bien original) mais comme nous ne sommes pas des grandes pros de l'hotel, quand la femme de ménage a frappé on a pas réagit en disant "non c'est occupé revenait plus tard" ce qui fait que celle ci m'a vu pratiquement à moitié nue, mon amie à califourchon sur mon dos.. bah oui j'avais tellement mal au dos qu'elle me faisait un massage! Ca a du jaser entre collègues ;)

Yibus a dit…

@ la fée : excellente, la scène du F1 à califourchon...

A propos de concours, un super voyage avec un ami. On est allé à Grenoble, puis Lyon, puis Paris (voyage de nuit en train sur banquettes) et Strasbourg. Tout ça en quatre jours... Hagard, épuisés et valeureux...

(on a atterri à Grenoble, finalement)

(la bise à Olaf, j'espère qu'il n'est pas trop coquin avec la fée Clochette)

La reine du chateau: a dit…

Avant tout... The Shining de Kubrik... j'adore!

Et j'avais lu cet article sur l'hotel Plaza... moi je serai au Paradis dans un truc comme ca... tout vide!

pour les hotels...oh mon dieu... je passe ma vie dans les hotels...enfin la moins parce que je fais des chantiers a rallonges depuis qu'on m'a colle des nageoires!

Donc la liste "incontournables dans une chambre d'hôtel"
- verifier que tout fonctionne surtout internet
- ne jamais enlever les godasses...
- laisser tout derriere sauf les stylos
- s'assurer que le reveil ne va pas sonner a 2h du mat
- ne rien sortir des sacs
- debrancher le telephone

nan je ne suis pas parano... mais j'ai vecu dans trop d'hotels (du tout piti a des trucs super-top) pour savoir ce qui s'y passe... et souvent le pire ca se passe pas la ou on pourrait le croire... ;-)

Yibus a dit…

@ La Reine : ahaha, rires légers et soubresauts de la poitrine lorsque je lis l'histoire du réveil (le vécu, c'est mieux que la friction...)

Raconte ce qui se passe, raconte, je suis tout impatient...

Olaf le nain a dit…

les histoires ca se payent en car en sac!
hihihihi que je suis drooooooole ce soir!

Ariana Lamento a dit…

quand je suis en tournée, j'aime bien mâter qui sera mon voisin à l'hôtel...Et aux US, j'essaie en premier de voir si je peux faire fonctionner la douche, car ils ont parfois de ces systèmes à la mords-moi...

Yibus a dit…

@ olaf le nain : Olaf, je te propose un truc. Au vu de mes calculs super récents et hyper -précis (à deux semaines près), tu devrais arriver chez moi juste avant le départ pour les grandes vacances de Pâques.

Je te propose donc un truc (mais tu en parles avant à ta maîtresse qu'elle voit si c'est possible) :
je t'amène avec toute la famille en France, tout le mois de juillet et on se fait une orgie de car-en-sac en direct live du tonneau de chez Haribo.

(je veux l'histoire de la Reine avant, na !)

@ ariana : et tu demandes à changer si c'est pas un collègue que tu veux ?

(ah, la douche, en effet, un vrai poème ici)

Sixtine a dit…

Sinon, pour les fréquenter peu, j'adoooooooore les hôtels moi.
Bien vu le Kubrik : brrrrrr ...

(message perso Yibus : merci de ne pas encourager qui tu sais dans ses goûts cinématographiques affligeants) (uh uh)

Sixtine a dit…

Et ce que je regarde en 1er ? C'est con, mais : la vue !

(puis la saldeub')

Yibus a dit…

@ Sixtine : j'adore aussi les hôtels...
Et ça me fait penser à "l'hôtel de la plage" (grand film estival)

@ Sixtine (bis) : tiens, puisque j'y pense, "Chambre avec vue", voili-voilou un beau film... à voir avec ton Mister... (en DVD)

Didier Goux a dit…

« Les émotions engendrées par les zones pavillonnaires » : vous m'inquiétez, mon cher...

Yibus a dit…

@ Didier : ... semblables aux émotions engendrées par les ruines, les lieux qui furent habités par les hommes et qui ne sont plus que vestiges et traces de leur passage...

Plume Vive a dit…

Shining, excellent, je suis férue des oeuvres de son auteur et cette adaptation est plutôt bien réussie, n'est ce pas ?

Les chambres d'hôtel, il y aussi les petits bonbons dans le cendrier, la boite d'allumettes (et pourtant je ne fume pas), j'ai une tendresse particulière pour les couvre-lits aussi, allez savoir pourquoi !

Ce que je regarde en premier ?
Le lit... je m'assieds même dessus pour jauger la qualité de ma future nuit.

Yibus a dit…

@ plume vive ; re-bienvenue... (j'ai d'abord commenté ton comm' sur les bibliothèques...)

bref, oui, je suis un grand fan de Kubrick (moins de S. King, que j'ai peu lu...) J'aime tout de lui, ce qui est fou tellement il a fait de films différents sur des thèmes complètement étrangers...

Allez, je me lance : mon préféré reste Barry Lindon, puis certaines scènes d'Eyes Wide shut... Et full metal jacket.