lundi 21 avril 2008

Carnet du Massachusetts (2)

Pas de connexion wi-fi simple à utiliser au Motel 6 de Boston, où nous avons passé les deux dernières nuits. Un service limite (wc bouchés, on me donne une ventouse...), pas de petit-déjeuner mais une piscine intérieure chauffée ! Ce soir, nous sommes un peu plus au Nord, dans le Maine. Au Super 8 motel, qui fournit Internet sans souci. Tout est bien pour la livraison puissance trois du Massachusetts.

On commence avec les baleines. J'avais fini le précédent billet avec l'achat de cinq billets pour une promenade en bateau. Samedi matin, à 9H15, -soit une demi-heure avant l'embarquement- nous attendons sur le quai.

Après le départ, chacun scrute l'eau, les premiers frémissements et soudain la voix du guide ; une baleine à l'horizon. Puis une deuxième, d'autres encore... Des dauphins, qui virevoltent mais tous n'ont d'yeux que pour les cétacés. Les exclamations du départ se transforment en silence devant la splendeur de ce spectacle. Dix fois vu à la télé, mais là... Durant deux heures, une vingtaine d'entre elles plongeront, sortiront la tête de l'eau, passeront sous le bateau immobile, baleines à bosses ou grises.







Hier, dimanche, à Boston
. La veille du marathon, on voit des coureurs en famille passant le temps dans les playgrounds avec enfants. Le "blossom" est arrivé quinze jours après celui de DC.


Le quartier historique
de Beacon Hill.





Le grand parc, situé en plein coeur de la ville, avec sa statue de George Washington et sa perspective sur les buildings, pas si nombreux que cela. Près de la rivière, une esplanade pour les coureurs du dimanche et les marcheurs. Boston est une ville agréable et à parcourir à pied. Comme Philadelphie, pour le peu que nous en avons perçu.





L'après-midi, nous allons visiter la maison-musée d'Isabella Stewart-Gardner.

Il est recommandé par le guide bleu si l'on n'a qu'un seul musée à voir à Boston. Et de fait, c'est une merveille de lieu dédié à l'art. Autour d'un patio, trois niveaux remplis de tapisseries, tableaux (Degas, Matisse, Rembrandt...), de meubles, de sculptures...

Il regorge de surprises. Dans une salle, les morceaux de tissus, à soulever, révèlent sous vitre des livres et lettres rares. Le syndrôme de Stendhal manque de nous frapper tant ces oeuvres prennent un supplément d'âme (rien trouvé de plus original comme image !) dans une maison qui fut habitée jusqu'en 1924 et conservée en l'état depuis.

Ce lundi matin, nous roulons vers Cape Ann, jolie péninsule campagnarde au nord de Boston. Nous découvrons dans le parc d'Etat d'Halibut Point une ancienne carrière de granit. Un chemin en sept étapes raconte l'extraction de la roche. L'esprit veille sur les lieux.




Plus bas, près de l'océan, des empilements mille fois faits, défait, refaits.


Port au détour d'une route.



La chanson du jour : Katerine (avant le succès) chante "Mon coeur balance".


Et la liste "des baleines"
- celle de Jonas qui rentre et qui sort
- Monstro de Pinocchio qui, lui aussi, entre et sort
- la baleine du sel
(maintenant, à vous de jouer)

10 commentaires:

C'est Alice ! a dit…

Aujourd'hui encore, tes photos sont magnifiques ! Et les baleines, whaou !!
Est-ce que la prochaine fois, je peux venir en vacances avec vous ? Merci bien !
Pour ce qui est des autres baleines, je propose celle de mon soutif ... top classe !

Plume Vive a dit…

Oui, je confirme, les photos sont magnifiques, tant par les prises de vue que leur qualité !

J'envie ce circuit, gggrrr !

Et sinon, un grand classique, la baleine de Moby Dick, bien sûr...

Paris 19 a dit…

Là bas l'Aisne, situé entre les Ardennes, la Marne, la Seine et Marne et l'Oise; la Somme et enfin le Nord !

Didier Goux a dit…

Les baleines de la gaine de ma grand-mère...

Sixtine a dit…

Baleines baleines baleines (jke rêve d'en voir) baleines baleines baleines

sinon celles de mon parapluie

James a dit…

N'oublies pas la baleine blanche chassée par le Capitaine Ahab dans "Moby-Dick"...

la Mère Castor a dit…

La baleine de Moby Dick était un cachalot, il me semble.
La mienne c'est la baleine de Kipling, dans le conte, le gosier de la baleine, avec un petit poisson plein d'astuce et un marin sur un radeau.

La reine du chateau: a dit…

Alice et Sixtine ont deja tout pique alors meme pas drole cette histoire de baleines!

sont joulies comme tout tes photos! on en veut encore! on en veut encore!

est ce que grand garcon a ramasse des cailloux?

Yibus a dit…

@ alice : si tu veux... Je demande juste à madame, au menu des prochaines vacances, la Floride...
(ah, bien, les baleines de ton soutif, très attachantes)

@ plume vive : hum, hum, jamais lu toujours entendu parler, Moby dick par ci, par là...

@ paris 19 : excellent retour sur la scène, cher ami... le nord, y'a que ça de vrai (enfin, en France, apparemment...)

@ didier goux : je me suis souvent dit qu'un sombre fétichiste sommeillait en vous...

@ sixtine : à chaque parapluie que j'ai possédé -trois-, les baleines se sont fait la belle... Et le parapluie risquait de devenir bulgare...

@ james : oui, oui, il faudrait que je le lise... (en english dans le texte)

@ la mère castor : Kipling, tu avais, je crois, déjà évoqué ses contes dans un billet d'avant... M'en vais l'emprunter un de ces jours à la bibliothèque du coin.

@ la Reine du château : oh oui, lui et sa soeur ne font que cela depuis le début du séjour... La voiture ploie sous le poids des cailloux.
Y'en a de beaux aussi en Louisiane ?

La reine du chateau: a dit…

oui y'en a des beaux... je vais faire une petite collection a envoyer a grand garcon quand j'en aurais assez!